Deathgarden entame sa transformation et vous convie à une épreuve sauvage de sélection artificielle.

Notre intention a toujours été de situer Deathgarden dans un monde dystopique et brutal. L’objectif était de créer un jeu dans lequel « un chasseur terrifiant abat d’agiles proies humaines.» Par contre, quelque part dans le processus de développement, nous avons pris une tangente vers l’aspect « sport futuriste » du jeu. Avec du recul, nous réalisons que ce choix nous a éloigné de l’essence de Deathgarden.

La semaine dernière, nous avons annoncé que Deathgarden évoluerait dans une nouvelle direction. Cependant, il serait plus juste de dire que nous réorientons le jeu vers notre vision de départ. Désormais, l’un de nos objectifs principaux est de donner au jeu l’identité forte et distincte qu’il mérite.

À l’aube d’une terrible guerre, l’humanité s’est tournée vers le « Gauntlet », un jeu qui se voulait rassembleur et promettait d’arrêter les conflits. Malheureusement, avec le temps, l’événement s’est horriblement dénaturé en une épreuve mortelle, où les pauvres et les criminels luttent pour leur vie.

Deathgarden se transforme en une épreuve sauvage de sélection artificielle.

Dans l’univers que nous imaginons, le peuple a été divisé. Les Chasseurs contrôlent la société et la gouvernent avec une poigne de fer. Ils sont les « dignes riches » qui contrôlent et vivent dans l’Enclave, un  havre isolé du reste du monde.

De leur côté, les Coureurs vivent dans des taudis parmi les « pauvres et les indignes » selon la règle du « œil pour œil, dent pour dent ».  Parfois par choix, parfois par obligation, ils entrent dans le Jardin dans l’espoir de grimper les rangs de la société et avoir accès à L’Enclave.

Malheureusement, atteindre l’Enclave est un parcours sadique et brutal. Dans Deathgarden, les technologies permettent de guérir toutes les blessures. Ainsi, lorsque les Coureurs sont mutilés, ils sont rapidement opérés, remis sur pied, et renvoyés dans le Jardin pour étancher la soif de sang du Chasseur à nouveau.


Certains Chasseurs tuent pour le sport, par sadisme ou pour protéger leur place dans l’Enclave. Ils sont l’incarnation du pouvoir et de la domination.  


  

Les Chasseurs sont des psychopathes qui se complaisent dans la souffrance des faibles. C’est exactement ce que les joueurs, tous rôles confondus, doivent ressentir dès qu’ils mettent le pied dans le Jardin. Concrètement, les Chasseurs doivent visuellement représenter ce sadisme. Leur apparence doit laisser présager leur histoire et leur personnalité. Nous croyons fermement que de mettre de côté les personnages plus génériques pour en créer de plus mémorables nous aidera à atteindre nos objectifs.

Les Coureurs ne sont plus ces participants courageux et téméraires du passé. Ils luttent désormais pour leur survie dans un monde où les ressources sont rarissimes. Nous devons sentir cette déchéance en les voyant. Ils devraient ressembler à des survivants, voire des charognards. Ceci dit, nous voulons quand même qu’ils conservent une certaine dose d’honneur et de force. Chacun d’entre eux possède ce qu’il faut pour survivre au Jardin et à la folie meurtrière du Chasseur. Comme leurs opposants, les Coureurs auront leur propre personnalité et leur histoire.


Les Coureurs risquent tout et relevent le défi du Jardin. Ils sont l’incarnation du désespoir et du combat pour la survie.


Nous lancerons une mise à jour de transition à la mi-novembre. Bien que nous n’introduisions pas nos personnages tout de suite, il y aura quelques changements de jouabilité. Nous ferons les premières modifications aux conditions de victoires et introduirons des récompenses individuelles sous forme de points d’expérience. Ces systèmes ne seront pas finaux, mais seront un premier pas vers notre nouvelle direction. Nous y introduirons aussi quelques avantages, une nouvelle arme et des changements esthétiques.

Nous vous partagerons plus d’information bientôt!

Sincèrement,

L’équipe de Deathgarden.

Voir toutes les nouvelles

Rejoignez la communauté